Lauréate pour une résidence croisée entre la Maison des Auteurs / Cité Internationale de la Bande Dessinée et de L’image à Angoulême où j’ai passé trois mois de résidence de septembre à novembre 2018 et la Villa Médicis, Académie de France à Rome, ou je suis restée un mois en décembre 2018. L’objet de cette résidence repose sur un projet expérimental qui a pour titre : « Hermetica », les dessins du hasard.

Depuis toujours, je décide ce que je dessine. Même si mes séries sont le résultat de recherches qui peuvent être hasardeuses, tout finit par rentrer dans le cadre de mon vocabulaire formel. Depuis toujours aussi, je fonctionne par cycle de rupture, recherche et d’exploitation. Peut-être est-ce le contexte assez lourd, mais cet été, j’ai ressenti le besoin de repartir sur des bases neuves. Pour ce nouveau projet, il n’était pas question d’exploiter des routines esthétiques. Je devais me mettre en danger et sortir de mes habitudes, en matière de traitement comme de sujet. Je ressentais aussi un besoin de pauvreté des moyens et d’une ritualisation du travail.J’ai conçu un protocole très simple, qui m’oblige à réaliser un dessin qui m’est imposé par le hasard…